Crossing Street


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fiche de Présentation (Levi A. Mendelsohn)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Iracebeth

avatar

J'ai envoyé : 190
depuis le : 18/11/2012

MessageSujet: Fiche de Présentation (Levi A. Mendelsohn)   Mer 4 Jan - 15:05

<center><div class="cadre3"><img src="http://49.media.tumblr.com/c38a68b47fcac0ce2a406e9347eb8a0b/tumblr_np13yfOBtM1urrgojo1_500.gif" class="gifp"><div class="pse">levi a. mendelsohn</div><div class="pzsc">
<div class="cit">◆ i have always found that mercy bears richer fruits than strict justice (a. lincoln) ◆</div>

<table height="280px;"><tr><td><div class="box1"><img src="http://45.media.tumblr.com/745e4de1ad972083e22b762f08ffc014/tumblr_niun29HwJA1t2hpuno2_400.gif" class="gifp1"><div class="tep">
<div class="tep1">◆ 16/04/83  - 32 ans
◆ En ville depuis 24 ans
◆ Américaine (il a des origines britanniques par sa mère et germaniques par son père)
◆ Assistant District Attorney (Substitut du procureur) pour la District Court du Sud de l'Alabama (S.D. Ala.)
◆ Célibataire
◆ Pansexuel
◆ These Streets
◆ James Norton</div></div></div></td><td><div class="box2"><br><ptitre>entre les lignes</ptitre>
<br><div class="tep2">◆ <tp>L'affaire :</tp> En tant que substitut du procureur, ça fait un an que Levi travaille sur l'affaire. Il la suit de très près, en connaît chaque détail et passe un temps incalculable avec les forces de l'ordre en quête de la moindre nouvelle information. Il y a dédié un mur entier de son bureau et a perdu le compte des heures passées à l'étudier. Il voue un intérêt tout particulier aux messages laissés par le Poète.
Il continue cependant de traiter toutes les autres affaires à sa charge avec sérieux et implication.

◆ <tp>Traits de caractère :</tp> Levi est ambitieux. Au travail, il est même impitoyable. Charismatique, fier, autoritaire, parfois abrupt. Il tolère peu d'erreurs mais se montre aussi respectueux que possible tant que celui-ci est réciproque. Il peut être alors acerbe et froid, sans compte qu'il est particulièrement rancunier.
A l’extérieur, il est plutôt discret, préférant observer, écouter que tenir la conversation. Plutôt solitaire et surtout indépendant, il déteste qu'on lui fasse remarquer son état.
Dans le privé, enfin, il est adorable avec les gens qu’il apprécie vraiment. Il sourit peu mais quand il le fait, c’est sincèrement. Il s’entend généralement bien avec les enfants qu’il adore et les affaires qui les concernent ont tendance à lui faire perdre la mesure.

◆ <tp>Histoire :</tp> Né à Montgomery en Alabama (Etats Unis) d’une mère aux origines anglaises et d’un père, fils d’immigrés allemands, le 16 avril 1983.
A eu une sœur, Siobhan, trois ans plus tard.
A vécu une enfance relativement normale à Fairhope. Il aidait souvent son père à la librairie après les cours et lisait bien souvent ce qui lui tombait sous la main. Il a fini par avoir des affinités avec les ouvrages de droit, fasciné de voir comment la loi fonctionne.
A finalement suivi des études dans ce domaine, avait pensé à devenir avocat mais très vite l’ambivalence de la profession lui a posé problème. Il a fini par obtenir une bourse et par intégrer l’université de Pennsylvanie.
Intègre plus tard l’US District Court for the Southern District of Alabama.
A eu un accident de voiture avec son beau-frère. Ce dernier n'y a pas survécu. Il a perdu l’usage de ses jambes à ce moment-là.</div></div></td></tr></table>


<table height="230px;"><tr><td><div class="box4"><br><ptitre>archives</ptitre>
<br><div class="tep4">◆ <tp>RPs en cours :</tp>

<a href="lhttp://theworldwillreadyou.forumactif.org/t612-still-breathing">Still breathing</a> ft. Ruby L. Swann
<a href="lien">titre</a> ft. pseudo

◆ <tp>RPs terminés :</tp>

<a href="lien">titre</a> ft. pseudo
<a href="lien">titre</a> ft. pseudo

◆ <tp>RPs abandonnés :</tp>

<a href="http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t543-this-is-now-for-the-past-pv-levi#14018">This is now for the past</a>
ft. Cameron L. Georgiu
<a href="lien">titre</a> ft. pseudo</div></div></div></td><td><div class="box5"><br><ptitre>timeline</ptitre>
<br><div class="tep4">◆ <tp>mois/année :</tp> Résumé des évènements et faits marquants. Vous pouvez remplacer cette partie chronologies par des idées de liens si vous le souhaitez.

◆ <tp>mois/année :</tp> Résumé des évènements et faits marquants. Vous pouvez remplacer cette partie chronologies par des idées de liens si vous le souhaitez.</div></div></td></tr></table>

<br><creds>© potterbird</creds></div></div></center>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iracebeth

avatar

J'ai envoyé : 190
depuis le : 18/11/2012

MessageSujet: Re: Fiche de Présentation (Levi A. Mendelsohn)   Mer 4 Jan - 15:09

levi a. mendelsohn

◆ I have always found that mercy bears richer fruits than strict justice (A. Lincoln) ◆



◆ 16/04/83 - 32 ans
◆ En ville depuis 24 ans
◆ Américaine (il a des origines britanniques par sa mère et germaniques par son père)
◆ Assistant District Attorney (Substitut du procureur) pour la District Court du Sud de l'Alabama (S.D. Ala.)
◆ Célibataire
◆ Pansexuel
◆ These Streets
◆ James Norton

entre les lignes

L'affaire : Difficile de ne pas être impliqué dans l'affaire quand on travaille à l'endroit même où elle se trouve instiguée. Au départ, Levi n'y a pas prêté plus grande attention que ça. Il en avait de nombreuses autres sur les bras, pas cette dernière. Les informations qu'il en avait alors étaient relativement secondaires. Ca n'était qu'un meurtre après tout. Certes atroce mais un homicide. Et puis les suivants sont arrivés. Et même en n'étant pas directement concerné, l'intérêt lui a fini par grandir. Sa nomination comme substitut l'a amené à s'y impliquer, officiellement cette fois. Il était en effet ardu de passer à côté d'un tueur en série, surtout de cette ampleur. Et s'il ne s'en dirait pas pour autant obsédé, il ne pouvait nier qu'elle le hantait. Sa pause forcée lui fut presque salutaire, l'obligeant à prendre du recul. Mais le retour aux affaires a rapidement signifié un retour à cette affaire.

Du fait de son importance, l'affaire est principalement en charge du procureur mais en tant que substitut, il fait partie de ceux qui y consacrent le plus de temps. Il y a dédié un mur entier de son bureau et il a perdu le compte des heures passées à l'étudier dans une quête désespérée pour comprendre, pour trouver la raison qui expliquerait leur échec jusqu'à présent. Cela fait maintenant près d'un an qu'elle envahit son espace. Il la suit de près, en connaît bien évidemment chaque détail. Les messages laissés par le Poète l'intriguent et le rendent fous à force de les retourner dans son esprit. Il passe un temps incalculable auprès des forces de l'ordre, vigilant à la moindre nouvelle information. Cependant, même si cette affaire occupe une part non négligeable de son temps, il refuse qu'elle soit la seule. De fait, même si la plupart apparaissent désormais de second plan, il continue de les traiter avec la même implication et le même sérieux, ne serait-ce que pour se donner l'impression d'avancer, au moins quelque part.

Caractère : D’aussi loin qu’il puisse s’en souvenir, Levi a toujours eu plusieurs visages.
Celui de l’ambitieux d’abord. Plus jeune, quand il n’était pas dans les bassins, c’était dans les bouquins qu’il passait le plus clair de son temps, déterminé à atteindre ses objectifs. Une facette qu’il n’a jamais pris la peine de masquer et qui a eu tendance à s’accentuer de manière exponentielle avec le changement de sa condition physique.

Dans le cadre du travail et plus principalement dans le décor d’une Cour de justice, il est impitoyable. Charismatique, n’hésitant pas à être parfois abrupt, il est aussi fier et autoritaire. Il tolère peu d’erreurs, y compris les siennes. Mais il est, cependant, aussi respectueux que possible de ses collègues, dans la mesure où on lui accorde le même. Dans le cas contraire, il est acerbe et froid, sans compter qu’il est quelqu’un de particulièrement rancunier. Il s’entend toutefois relativement bien avec la plupart d’entre eux, même s’il n’irait pas jusqu’à se dire proche de ces derniers qui en savent finalement peu sur lui.

A l’extérieur, il est plutôt discret, préférant observer, écouter que tenir la conversation. Plutôt solitaire et surtout indépendant, le masque qu’il porte alors est bien diffèrent du professionnel, bien moins flamboyant. Il considère de toute façon que son état attire suffisamment l’attention et il déteste qu’on le lui fasse remarquer, d’autant plus qu’on s’y arrête.
Il n’est pas rare que les affaires sur lesquelles il travaille reviennent le hanter, surtout qu’il continue bien souvent d’y travailler dessus dès qu’il est chez lui, soit pour s’avancer, soit parce que quelque chose continue de le déranger. Il peut ainsi passer des heures à travailler sur un élément, un détail tant que celui-ci lui pose souci. Il possède cependant ses habitudes, ses rituels qui lui permettent de séparer les différents pans de sa vie.

Dans le privé, enfin, il est adorable avec les gens qu’il apprécie vraiment, principalement les membres de sa famille. Sa sœur, venue un jour l’observer lors d’une audience, lui avait alors dit qu’il donnait l’impression d’avoir une double personnalité. Il sourit peu mais quand il le fait, c’est sincèrement et avec ses nièces, c’est long d’être rare. Il s’entend généralement bien avec les enfants qu’il adore et les affaires qui les concernent ont tendance à lui faire perdre la mesure.

À savoir : Quand on le lui demande, il raconte que son intérêt pour le droit vient de tous les livres qu’il a pu dévorer sur le sujet plus jeune, quand il traînait après les cours dans la librairie que tenait son père.
+ Celui-ci souffre maintenant d’Alzheimer et se trouve dans un centre spécialisé où il lui rend visite tous les mois.
+ Il s’est toujours bien entendu avec sa belle-mère que son père a épousé quand il avait sept ans et continue de lui écrire régulièrement des lettres bien que ces derniers soient séparés et qu’elle vive désormais en Angleterre.
+ Il va aussi très régulièrement voir sa sœur cadette qu’il aide parfois à joindre les deux bouts pour élever ses deux nièces.
+ Il est paraplégique depuis l’accident de voiture qui a coûté la vie de son beau-frère et même s’il a appris à faire avec, il déteste sa condition.
+  Il s’autorise peu d’excès, soucieux de son état mais ses résistances s’amenuisent généralement les nuits où les cauchemars ou les douleurs l’empêchent de fermer l’œil ; le tabac ou l’alcool trouvent alors rapidement leurs voies entre ses mains.
+ Il possède plusieurs cicatrices sur le corps, héritées de l’accident et un tatouage sur le flanc gauche qui date de l’université et qui reprend la devise de cette dernière, Leges sine moribus vanae.
+ Quand il n’est pas au bureau, il travaille généralement chez lui avec une tasse de menthe (son principal carburant) et de la musique classique en fond qu’il écoute sur de vieux vinyles.
+ Il possède un bon carnet de relations accumulées au fil des ans mais il y en a peu qu’il peut qualifier de réellement amicales.
+ Il possède un bon niveau en allemand grâce à son grand-père paternel, immigré, qui le parlait beaucoup quand il était plus jeune, comme son père dernièrement hors de ses périodes de lucidité.



derrière l'écran

Pseudo : Ira'.
Âge : 25 ans.
Déjà un compte ici ? : Non.
Code du règlement : OK by Tobias.
Où avez-vous connu le forum ? : J'ai écouté les tentatrices paroles d'une folle avec la gueule de Superman.
Un commentaire ? : Je suis consciente que mes écrits, surtout mes histoires, ne sont pas toujours très explicites. Donc si jamais il y a quelque chose qui n'est pas clair, qui pose souci, n'hésitez pas à me le dire. Merci pour l'accueil en tout cas **

© potterbird
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iracebeth

avatar

J'ai envoyé : 190
depuis le : 18/11/2012

MessageSujet: Re: Fiche de Présentation (Levi A. Mendelsohn)   Mer 4 Jan - 15:10

once upon a book

◆ The heart will break, but broken live on (Lord Byron) ◆


Les couleurs se mêlent, se confondent, s'évaporent. A quoi appartiennent-elles ? A quoi ont-elle appartenu ? Comme des milliers d'étincelles perdues sur l'horizon, elles n'ont ni forme, ni raison. Le monde est sourd, la terre dure, incisive. La douleur, elle, est au delà de toute forme de description. L'esprit vagabonde alors, sur l'avant, sur le présent. Jamais, il ne parvient à se fixer sur une pensée, sur même un mot, une idée. Les couleurs disparaissent peu à peu. La nuit les enveloppe. Et seule l'encre noire reste.

Les murmures sont sourds, grésillants. Leur sens échappe. En ont-il un ? La pensée ne parvient pas à saisir la cohérence, le propos. L'esprit sombre alors, se perd dans les méandres, dans les fugaces images qui ramènent des temps plus tôt et sans doute plus heureux.

*********************************

(Fairhope, 2000)
Les mots lui manquent. Cette lettre. Il l'a tant espéré que l'avoir entre les doigts lui paraît irréel. L'est-ce seulement ? Le sourire qui a envahi ses lèvres avant même qu'il ne puisse le suivre tend à vouloir lui dire qu'il n'est pas en train de rêver. Le cachet qu'il trace du doigt de l'index est bien celui qu'il connaît. Il a perdu le compte des jours, des heures. De celles à attendre. De celles passées entre les rayons poussiéreux mais si lumineux de la vieille boutique de son père. De celles perdues entre les pages, les lignes et les mots à la valeur d'une docte. De celles écoulées à rêver sur la vie d'après. Ses pas ne suivent plus que sa pensée alors et il part rejoindre la maison, la réponse de l'université de Pennsylvanie au creux des doigts.

(Philadelphie, 2008)
Ses pas le guident avec la vertu de l'habitude. Il n'a aucun besoin de les rappeler. Ces lieux, ils les connaissent par cœur. Après tant d'années à les arpenter, l'idée de les quitter lui paraît surréaliste. Il ne compte plus le temps, les mois, les jours. Les nuits même parfois. Les souvenirs surgissent dans son esprit et se mêlent sans qu'il ne tente de les dénouer. Ce soir, pourtant, est son dernier soir. Demain, il quittera ces couloirs, une dernière fois. Ils sont tous déjà en train de célébrer. De fêter l'ultime nuit avant la liberté, avant le réel. La fin des études. Le début du monde. Il a plutôt ressenti le besoin d'être seul, d'être là. De sentir encore une fois le sol sous ses pas, les murs sous ses doigts et de laisser son esprit voguer au fil des ans. Il a fini par y arriver. Demain, il rentrera. Chez lui. Pour de bon cette fois. Le sourire perché aux lèvres, aussi brillant que celui qui a été le sien en recevant la lettre d'admission, même cette fois avec son diplôme entre les doigts.

(Mobile, 2010-2012)
Que celui qui ait jamais dit que c'est sans difficulté, vienne et plaide coupable. Les couloirs qu'il arpente désormais de ses pas sont bien différents. Le rythme effréné ne l'effraie guère. Il en a rêvé pendant si longtemps. Ces lieux, aussi, il a fini par les connaître sans y penser. Les gens, les noms, les visages. Et les numéros. Ceux des affaires, des cas, tous plus ardus que les précédents. Le feu pourtant parcourt ses veines et refuse de le quitter. Il a l'impression de faire quelque chose. Vraiment. Certes, ça n'est pas toujours des plus probants. Il est parfois des jours où il ne rêve que de se noyer dans l'ambre d'un verre tant la nature humaine semble toujours tendre vers ce qu'elle a de pire. Mais il est là pour ça. Pour faire en sorte que ceux qui jouent avec n'en finissent pas indemnes. Il ne compte plus les pas, ni les heures. Pas même les jours qui défilent. Mais alors qu'il pense avoir vu l'effroi, les lieux de son enfance se retrouvent frappés d'une nouvelle forme de peur. Cette affaire, il l'ignore encore finira par être de celles qui vont le hanter. Et le temps qui a suivi n'a jamais prouvé le contraire.

*********************************

Quand il ouvre les paupières, l'éclat de la lumière le frappe avec une ardeur qui l'oblige à les refermer aussitôt. Quelques instants plus tard, il regrettera de ne pas les avoir gardées ainsi. Après plusieurs secondes pourtant, il refait une tentative. Les lieux lui sont inconnus mais il a étrangement le sentiment de les connaître. Ses prunelles s'habituent lentement aux éclairages et elles peuvent alors observer les alentours. Il sait pourquoi ils ont fait naître ce sentiment. Il est déjà venu. Un nombre de fois dont le compte lui échappe. Mais pas pour lui, non jamais pour lui. Ce lit même où il se trouve désormais n'a jamais été sien jusqu'à présent. Parfois celui de victimes, de témoins à qui il souhaite s'adresser. Mais cette fois, cependant, il n'est pas celui qui se trouve au chevet dans cette chambre aseptisée et froide. Pourquoi est-il là ? Les souvenirs, les images le fuient. Il se met alors à observer. Non plus les lieux mais lui-même. Il examine ses doigts, ses mains couvertes de bandages, relève la tête, jette un regard à ses bras, puis à sa tenue. D'un geste précautionneux mais néanmoins douloureux, il relève le drap, puis la chemise. Il considère les bandages qui couvrent encore sa silhouette. Les questions, en revanche, restent sans réponse. Que fait-il là ? Qu'a-t-il bien pu se passer pour que son corps s'apparente soudain à celui d'un grand blessé ? Il prend l'appui sur ses coudes puis tente un mouvement pour se relever ou du moins s'asseoir pour commencer. Mais il n'obtient aucune réponse. Nul mouvement, nul geste, nulle réaction. Son esprit se brouille. Il tente d'ignorer son palpitant cardiaque qui semble avoir pris un rythme bien trop important, soulève à nouveau les draps, tente de voir d'où peut provenir la gène. Ses membres inférieurs semblent pourtant en bon état, du moins autant qu'ils peuvent l'être au vu du reste de sa silhouette. Il ramène les linges sur un côté, refait une tentative pour se relever de l'autre. Mais aucune réponse encore ne lui parvient. Il tente alors, fuyant désespérément l'effroi qui commence à le saisir, de bouger juste un pied, juste un doigt. Mais la réponse se perd une fois encore dans le néant, inexistante. L'effroi menace cette fois de l'engloutir, tout entier. Non, ce n'est pas ... Ce n'est pas réel ... pas vrai ? Du bout des doigts tremblants, il s'approche de l'une de ses jambes, y pose la paume de la main. Mais elle n'est pas là, comme si ses doigts étaient absents. Ses ongles tentent de la griffer alors mais rien encore. Rien. Pas même le moindre éclat, la moindre étincelle. Ses yeux se noient sans même qu'il ne les retienne. Le froid s'installe, insidieusement, saisit la moindre parcelle qu'il peut atteindre. L'effroi le fige, l'esprit se refuse. Refuse ce qui tente de l'atteindre parce que ça ne peut être réel. Il cherche alors, s'enfouit au fond de la mémoire en quête désespérée de réponses, d'indices, de preuves. Mais tout fuit encore. Le craquement de la porte le sort soudain de sa torpeur. Quand il croise son regard, il se dit que peut-être, elle pourra lui dire. Elle pourra le rassurer, lui affirmer que ça n'est rien, que ça n'est que temporaire, que ça n'est pas réel même, qu'il va se réveiller. Le réveil pourtant ne vient pas et il n'aura de cesse de le regretter. "Siobhan ..." Elle est là, silencieuse, son regard est triste mais ses larmes semblent avoir abandonné ses prunelles. L'espoir que l'apparition de sa soeur lui a offert s'envole peu à peu. Il la connaît par coeur et rien en elle ne semble porteur de bonnes nouvelles. "Que sait-il passer ?" Elle se mord le bord des lèvres, comme soudain prête à s'effondrer. Elle n'en fait rien pourtant, peut-être pas encore. "Tu ne ... tu ne te souviens pas ?" Qu'est-ce qu'elle ne lui dit pas ? Que peut-il y avoir de plus ? Parce qu'il y a forcément plus, ses yeux n'offrent aucun mensonge. Juste une nouvelle implacable vérité. "Non" Elle s'assoit sur le bord du lit, paraissant vouloir repousser l'échéance. Elle ne peut attendre pourtant. "Mike et toi, vous êtes sortis pour " "Ou est-il ?" La crainte le saisit à nouveau. Ou est-il ? Mike n'aurait jamais laissé son épouse, seule, dans cet état-là. Pas l'homme qu'il connaît. La seule explication c'est ... "Levi ..." "Ou est-il ?" Les larmes, cette fois, ne semblent plus vouloir la fuir. Elles commencent à noyer son regard à mesure que ses mots annoncent la sentence. "Vous avez eu un accident. Il n'a, il n'a ..." La fin est inutile. Elle est aussi claire dans son esprit qu'elle n'est douloureuse. Il ferme alors les paupières, prie de sombrer, de ne plus revenir, de ne plus se réveiller que dans une réalité où rien de ça n'est réel. Il sent Siobhan s'effondrer sur sa poitrine. Ses bras l'entourent, sans même qu'il ne la regarde. Il ne peut pas la regarder. Il sait. Il sait désormais. Et les réminiscences entament de le frapper, sans la moindre finesse, juste la froide vérité.

Des jours qui suivent, il n'a gardé aucun compte. Il sait simplement qu'ils sont encore insuffisants. Trop modestes encore pour rendre la réalité supportable. Il ne saurait dire lequel a été le plus intolérable. Celui où la sentence qu'il avait deviné au sujet de ses membres inférieurs s' est avéré réelle. Celui où il a fallu annoncer aux jumelles qu'elles ne reverront jamais leur père. Celui où il a appris que l'accident qui leur a tant coûté n'en était pas un. Celui où il a compris qu'il avait sa part de responsabilité, qu'il était celui que le coupable visait. Celui où ils ont enterré Mike. Celui où il a compris que la chaise dans laquelle il est obligé de se déplacer désormais serait à jamais sienne. Celui où il a finalement fait face à l'homme, s'il en mérite encore le nom, par qui tout a commencé. Les semaines, les mois qui se succèdent ne lui offrent pas une, mais deux batailles. Deux combats, deux guerres à mener. Contre lui en premier. Contre ce corps qui se refuse à répondre, à fonctionner comme il devrait. Contre ses membres qui résistent, contre ceux qui doivent alors s'activer comme ils ne l'ont jamais fait pour compenser l'absence des seconds. Contre cette faiblesse, cette dépendance, ces douleurs et cette culpabilité. Il a beau la refuser, vouloir faire face, il ne peut s'enlever de l'idée que la perte est de son fait, même indirectement. Il continue de se battre alors, d'avancer. Les pas ne sont plus les mêmes, ils n'en sont plus vraiment mais le temps qui se poursuit rend l'entreprise moins hasardeuse, moins douloureuse. Une autre guerre pourtant l'attend. Contre les autres. Contre cette institution qui est la sienne, à qui il a consacré presque la moitié de son existence désormais. Il savait que ça ne serait pas facile, que les choses seraient forcément différentes. Il a pourtant fallu les convaincre. Leur prouver encore et encore, que quand bien même ses membres inférieurs ont rendu l'âme, il n'en est rien de son esprit. Les mois ont passé. Le temps a tracé son chemin à mesure que les mots ont tenté de faire oublier l'absence de pas. Il se refuse à faire le compte. Il y a plus important désormais. Il le sait. Il a observé de loin avant de se retrouver à nouveau englouti comme les autres. Il se noie alors dans l'affaire, celle du Poète, dans les affaires, comme les autres. Pour oublier. Pour ne plus penser à ses membres inertes. Pour ne plus revoir les images, les couleurs. Pour ne plus ressentir cette douleur, ces douleurs, lancinantes, répétitives. Pour avancer. Même si c'est d'autres pas désormais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iracebeth

avatar

J'ai envoyé : 190
depuis le : 18/11/2012

MessageSujet: Re: Fiche de Présentation (Levi A. Mendelsohn)   Mer 4 Jan - 15:11

*essuie ses larmes* feels
Très bonne fiche, j'ai vraiment passé un très bon moment à te lire - même si le passage sur son accident a failli m'arracher une larme ou deux, j'avoue zen J'apprécie beaucoup le fait que tu aies pris le temps de décrire le rôle de Levi dans l'affaire etc, c'était très clair selon moi, et très réaliste aussi en ce qui concerne ton histoire. Non vraiment, c'est parfait, donc je te dis officiellement bienvenue parmi nous bigcoeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fiche de Présentation (Levi A. Mendelsohn)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fiche de Présentation (Levi A. Mendelsohn)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche de Présentation
» Fiche de présentation de commandant de vaisseau rebelle.
» Exemple de fiche de présentation pour le recrutement AFR
» Exemple de fiche de présentation
» [Suggestion] Instaurer une fiche de Présentation (validée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crossing Street :: Créations :: Présentation-
Sauter vers: